Grve gnrale !

samedi 18 mars 2006

Contre le CPE ! Le gouvernement a tout son temps, pas nous ! Grve gnrale !

 

Pour imposer le retrait du CPE et du CNE, préparons la grève générale !

 

Si le Gouvernement à tout son temps, pas nous !

 

Depuis plus d’un mois, étudiants et lycéens luttent avec détermination contre le CPE et le CNE. Jusqu’ici les organisations syndicales se sont contentées de les épauler à travers des journées de mobilisation ponctuelles. Les unes appelant franchement à la grève, les autres se limitant à un simple appel à manifester.

En militant-es syndicalistes responsables nous savons que la grève générale ne se décrète pas, certains ne nous cessent de le répéter. Toutefois, l’importance des dernières manifestations, le rejet massif par l’opinion du CPE, du CNE et de la précarité sous toutes ses formes (CDD senior, PACTE, CDD, Intérim…) doivent placer les organisations syndicales face à leurs responsabilités.

Faudra-t-il attendre l’automne ou la Saint Glin-Glin pour enfin apporter le soutien qui s’impose à la jeunesse en lutte ?

Sachons, aujourd’hui, tirer les leçons de nos échecs passés liés à des stratégies syndicales inefficaces et trop timorées (luttes de 2003 sur les retraites, 2004 sur la sécurité sociale, 2005 sur la privatisation d’EDF-GDF, de La Poste…) mais aussi de nos succès par la grève générale interprofessionnelle (luttes de 1968 et de 1995).

Les patrons des grandes entreprises dirigent en fait le pays, ils détiennent le pouvoir économique et poussent les gouvernements successifs à mettre en œuvre des politiques de régression sociale pour servir au mieux leurs intérêts. Les critiques du Médef, vis à vis du CPE, n’ont par pour objectif d’apporter un quelconque soutien aux jeunes en lutte mais dans le fait dans le fait que ce contrat ne s’applique pas à tous les salariés !

Le vrai rêve du patronat c’est, en réalité, la mort du CDI, le dynamitage du peu qui reste du Code du Travail et des Conventions Collectives. Un avenir qui condamne nos enfants à la précarité généralisée et perpétuelle.

La défense de nos acquis sociaux, impose donc que nous nous mobilisions à travers une grève générale interprofessionnelle, un blocage du pays, seules armes que craignent réellement les patrons parce qu’elle fermeraient le robinet des profits. (80 milliards d’euros pour les entreprises du Cac 40 en 2005).

Les vrais richesses sont produites par les salariés, la précarité n’est qu’un outil du capitalisme pour diminuer le coût du travail et augmenter les profits distribués aux actionnaires qui coulent à flot.

Le retrait du CPE et du CNE et de tous les contrats précaires doivent donc faire partie de nos priorités

Tous ensemble, travailleurs du privé comme du public, privés d’emplois, précaires, jeunes salariés, étudiants ou lycéens nous serons les plus forts !

La résignation est la meilleure alliée des exploiteurs

L’Union Syndicale Solidaires appelle donc tous les salariés à se réunir sur leur lieu de travail pour préparer dans l’unité la grève générale interprofessionnelle.

 

 

 

 

 

 


Documents joints

PDF - 137.5 ko