Scolarisation des mineurs étrangers dans l’académie de Rennes : Sud éducation 22 dénonce une restriction inacceptable !

lundi 27 janvier 2020

Par une circulaire en date du 17 janvier dernier, le recteur d’académie, Emmanuel Ethis, enjoint aux chefs d’établissements de vérifier que les élèves étrangers scolarisés en lycée professionnels en Bretagne sont bien en situation régulière.
Cette circulaire rectorale liberticide est un tournant dans la politique d’accueil et de scolarisation de l’Éducation Nationale qui était jusque là assez bienveillante avec les jeunes migrants.

L’instruction scolaire est obligatoire en France pour les enfants de 6 à 16 ans, et de droit jusqu’à 18 ans, qu’ils soient de nationalité française ou étrangère. Il n’appartient pas à l’Éducation nationale de contrôler la situation d’un mineur étranger. Et les chefs d’établissements n’ont pas à jouer les agents supplétifs du ministère de l’Intérieur en demandant aux jeunes migrants leurs papiers d’identité.

Par le passé, certains maires pour le 1er degré, ou chefs d’établissements pour le 2nd degré ont essayé d’interdire l’inscription d’élèves dont les parents étaient en situation irrégulière, mais une circulaire ministérielle du 20 mars 2002 y a mis bon ordre. L’instruction est un droit reconnu à tout enfant par la Convention des droits de l’enfant du 20 novembre 1989, que la France a ratifié.

Cette décision du Recteur est d’autant plus scandaleuse que la scolarisation des jeunes en vue de l’obtention d’une qualification est essentielle dans leur parcours d’intégration.

SUD éducation 22 combattra toute restriction du droit à l’éducation, politique non seulement inhumaine mais de surcroît illégale.

Dès le lendemain de la publication de cette circulaire, le Recteur de l’Académie de Rennes à fait volte en annulant sa première circulaire.

En ces périodes troubles, il nous appartient de rester extrêmement vigilants sur l’accueil inconditionnel à l’école de tous les jeunes, avec ou sans papiers !


Brèves

16 avril 2019 - Communiqué de la fédération SUD éducation : Test osseux : le conseil constitutionnel entérine la criminalisation de migrant-e-s

La question prioritaire de constitutionnalité portée par neuf syndicats et associations (Cimade, (...)

15 mars 2019 - Communiqué de la fédération SUD éducation : Stop aux arrestations et aux expulsions de lycéen-ne-s et d’étudiant-e-s en Guyane

En 2006, une mobilisation locale autour de deux lycéens et une lycénne menacé-e-s d’expulsion (...)

10 novembre 2018 - Communiqué de la Fédération : Soutenir les mineurs non accompagnés. Revendiquer leur régularisation.

Dans tout le pays, des jeunes arrivés seuls en France après de douloureux périples, tentent de se (...)