vendredi 11 janvier 2019

Communiqués de la Fédération Sud-Education

1 ) Si, M. Blanquer : la liberté d’expression est bien garantie aux fonctionnaires !

Le ministre Blanquer a manifestement un problème avec la liberté d’opinion des fonctionnaires et son corollaire, leur liberté d’expression. Il a ainsi introduit dans l’article 1 de son projet de loi un article qu’il comptait utiliser pour museler les enseignant-e-s.

Dans son étude du projet de loi, le Conseil d’État rappelle que cet article n’a aucune valeur légale et qu’il serait censuré par le Conseil constitutionnel s’il était maintenu en l’état.

La tentative du ministre est donc vouée à l’échec. SUD éducation rappelle que les personnels qui n’ont pas de responsabilité hiérarchique ne sont pas soumis au devoir de réserve.

Nous rappelons qu’il est parfaitement possible pour les personnels de s’exprimer publiquement, y compris à destination des parents d’élèves sur les conditions de travail et d’enseignement ainsi que sur les réformes libérales et réactionnaires du ministre Blanquer.

La liberté d’expression des fonctionnaires est un droit : SUD éducation appelle les personnels à le faire vivre.

2) Deuxième heure supplémentaire imposée aux personnels : pour SUD éducation, c’est non !

Le ministre Blanquer a annoncé que lors du comité technique ministériel du 30 janvier prochain il soumettrait aux organisations syndicales un projet de modification des statuts des personnels enseignants du second degré.

Sur les suppressions de poste prévues, 2 085 seront converties en heures supplémentaires. Pour qu’elles soient absorbées, le ministère a ainsi décidé brutalement d’imposer une deuxième heure supplémentaire aux enseignant-e-s.

L’augmentation du nombre d’heures supplémentaires imposées, c’est :

  • une augmentation de la charge de travail des personnels ;
  • la réduction du nombre d’adultes dans les établissements par la suppression des postes ;
  • en aucun cas une augmentation du salaire des enseignant-e-s : les heures supplémentaires-année sont désormais défiscalisées et désocialisées. Ce n’est donc pas une augmentation du salaire, c’est la baisse des ressources pour notre assurance-santé et notre retraite.

SUD éducation revendique au contraire :

-* une baisse du temps de service face élève de trois heures pour les enseignant-e-s du second degré, les trois heures libérées étant consacrées au travail en équipe ;

  • une revalorisation conséquente de la rémunération des personnels, un début de carrière à 1700€ ;
  • des créations de postes à la hauteur des besoins pour un service public de qualité avec une baisse des effectifs par classe.

Face à ces attaques répétées contre les statuts des enseignant-e-s qui dégradent le service public, SUD éducation appelle les personnels à se mobiliser dans les établissements à partir du 17 janvier et à la grève le 24 janvier 2019.

3) Évaluations nationales en CP : SUD éducation propose des modalités d’action

Ces évaluations remettent en cause les compétences professionnelles des enseignant-e-s en les considérant comme de simples exécutant-e-s. Elles constituent aussi une perte de temps et mettent les élèves en difficulté.

À l’appel des organisations syndicales et notamment de SUD éducation, de nombreux-ses enseignant-e-s ont refusé de faire passer ces évaluations. À partir de la fin du mois de janvier, le ministère imposera aux élèves de CP et aux enseignant-e-s une nouvelle série d’évaluations.

Le ministère prétend qu’il s’agit de mesurer les « progrès » des élèves depuis la rentrée scolaire.
On peut le dire à l’avance : les résultats de ces évaluations seront extrêmement positifs. Il s’agit en effet pour le ministère de se féliciter lui-même de sa politique. Le ministère prétendra que s’attaquer à la liberté pédagogique des enseignant-e-s et imposer ses vues rétrogrades sur l’enseignement est le facteur déterminant de la réussite des élèves, alors même que les évaluations de début d’année étaient faites pour mettre en échec les élèves.

Ces évaluations ne constituent en rien une aide pertinente pour enseigner mais démontrent la volonté ministérielle de mettre au pas les enseignant-e-s.
C’est pour ces raisons que la fédération SUD éducation a appelé au refus de ces évaluations.

Et ensuite : ne faisons pas remonter les résultats !
Que les équipes refusent de les faire passer ou non, ou qu’elles adaptent les modalités de passation, il est maintenant nécessaire de refuser l’uniformisation pédagogique et le contrôle permanent. Derrière un discours prétendument scientifique, le ministre entend normer les pratiques pédagogiques. Les résultats ne serviront pas aux seul-e-s élèves et à leurs enseignant-e-s, ils serviront, surtout, en novlangue, à “accompagner et piloter”. C’est-à-dire à contrôler davantage. On voit là le lien avec les animations pédagogiques présentées comme obligatoires et centrées sur les seuls “apprentissages fondamentaux”.

De plus rien ne sera anonyme puisque le portail de saisie des résultats des élèves fonctionne avec des codes identifiants assignés aux enseignant-e-s en lien avec ONDE (ex Base élève). Cette absence de protection des données sera renforcée par le fait que le stockage des données sera effectué par la société Amazon, en Irlande.

L’obsession de la « culture du résultat »

À l’heure où le ministère prévoit de créer une direction d’école avec un statut hiérarchique.

Loin d’être réservées à un usage interne, ces mesures participent au renforcement des inégalités territoriales en imposant progressivement une « culture du résultat » qui permettrait de distribuer les bons et les mauvais points aux équipes enseignantes :

• l’augmentation des postes à profil ;
• l’arbitraire et l’injustice des promotions ;
• la mise en place de la prime REP+ au mérite.
Contre cette vision managériale de l’école, SUD éducation revendique des moyens pour une école égalitaire et émancipatrice.

→ La fédération SUD éducation revendique la suppression de ces évaluations.
→ SUD éducation appelle les enseignant-e-s du 1er degré à ne pas faire passer les évaluations et le cas échéant à ne pas faire remonter les résultats. Dans les conseils d’école et d’administration, dénonçons ces évaluations. SUD éducation s’engage à défendre les collègues.
→ SUD éducation appelle à signer LA PÉTITION pour
exiger la fin des évaluations nationales : https://frama.link/evalsnats*]

Avec les organisations syndicales SNUipp-FSU, SNUDI-FO, UNSEN-CGT Educ’Action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SUD éducation a envoyé un courrier au ministre le 14 janvier 2019 lui demandant l’abandon du dispositif des évaluations nationales imposées.


Articles les plus récents

mardi 8 janvier 2019

Rentrée 2019, les suppressions de postes continuent !

Le ministère a communiqué au Comité technique ministériel du 19 décembre la répartition des créations de postes à la rentrée 2019.
Pour le premier degré, dans 13 académies sur 31 il n’y a aucune création de postes alors que toutes vont devoir dédoubler des classes de CE1.
Cette inégalité est d’autant plus (...)

jeudi 20 décembre 2018

Déclaration au CSE des 18 et 19 décembre

Cette séance du Conseil Supérieur de l’éducation est présentée par le ministère comme l’aboutissement du processus de la réforme du baccalauréat et du lycée général et technologique initié il y a un peu moins d’une année. Un peu moins d’une année pour une réforme d’ampleur qui aurait nécessité de véritables (...)

lundi 17 décembre 2018

18 décembre, journée internationale des migrant-e-s. Une école pour toutes et tous ?

Parmi les milliers de migrant-e-s qui arrivent en Europe, la situation des enfants, en particulier celles des mineur-e-s isolé-e-s, est certainement la plus fragile. L’accès aux soins, la garantie d’une prise en charge intégrale et l’accès aux établissements et la scolarisation ne sont pas toujours (...)

lundi 10 décembre 2018

Communiqué de la fédération SUD éducation : Rafle à Mantes-la-Jolie : une nouvelle preuve de la surenchère sécuritaire nauséabonde des pouvoirs publics

SUD éducation est scandalisée par les images insoutenables de la rafle menée par la police aux abords d’un lycée de Mantes-la-Jolie jeudi 6 décembre. 151 jeunes ont été arrêté-e-s, menotté-e-s, maintenu-e-s à genoux plusieurs heures puis emmené-e-s en garde à vue pour le simple fait de se trouver aux (...)

samedi 24 novembre 2018

NOUVEAU RASSEMBLEMENT CONTRE LA FERMETURE DU COLLEGE BEAUFEUILLAGE

COLLÈGE BEAUFEUILLAGE
Le Président du Conseil Départemental refuse d’envisager le maintien du collège Beaufeuillage après la rentrée 2020. Pour des raisons budgétaires, il veut fermer ce collège pour faire du collège Racine et du collège d’Hillion des collèges à très forts effectifs.
Le 29 novembre se (...)

dimanche 18 novembre 2018

Journée Internationale des droits de l’Enfant, mardi 20 novembre.

Le communiqué départemental envoyé à la presse :
« Les organisations suivantes appellent toutes les personnes professionnelles et citoyennes à se rassembler dans le cadre de la »journée internationale des droits de l’enfant", le mardi 20 novembre à 18h00, devant le Conseil Départemental, place du (...)

vendredi 2 novembre 2018

A LA UNE !

DU 29 NOVEMBRE AU 6 DÉCEMBRE, VOTEZ, FAITES VOTER POUR SUD-EDUCATION ! Site fédéral ici
NOUVEAU RASSEMBLEMENT CONTRE LA FERMETURE DU COLLEGE BEAUFEUILLAGE Lire la suite de l’article ici.
Manifestation samedi 1er décembre - 11h, place de la préfecture de Saint-Brieuc, pour : • La (...)

vendredi 2 novembre 2018

Votez, faites voter Sud-Education !

Du 29 novembre au 6 décembre
Site fédéral dédié aux élections professionnelles
Tous les personnels relevant de l’éducation nationale (titulaires, stagiaires, agents contractuels de droit public ou privé, …...) sont appelés à voter par internet du 29 novembre 10h au 6 décembre 17h Vous trouvez sur le (...)

Brèves

15 janvier - Communiqué de la Fédération Sud-Education

Lettre de Macron : haro sur les services publics !
La fédération SUD éducation a pris (...)

11 janvier - Déclaration commune Intersyndicale direction d’école : Pas de supérieur hiérarchique à l’école

Pas de supérieur hiérarchique à l’école
Les organisations syndicales SNUipp-FSU ; SNUDI-FO ; (...)

21 décembre 2018 - Il faut augmenter nos salaires !

L’État est le premier employeur de salarié-e-s précaires. Dans l’Éducation nationale, on ne compte (...)

Sur le Web