Le 15 mai, en grève pour les droits des AESH

jeudi 16 mai 2019

SUD éducation avec l’intersyndicale AESH (SUD ÉDUCATION – CGT ÉDUC’ACTION – FSU – FO – UNSA) appelle les AESH à se rassembler, à se coordonner en Assemblée Générale et à se mettre en grève pour défendre leurs droits et en gagner de nouveaux, en participant aux rassemblements et aux assemblées générales qui seront appelés dans les départements, le 15 mai, Saint Brieuc 17h00 Préfecture

Appel de l’intersyndicale :
Depuis plusieurs semaines, les personnels de l’éducation nationale se mobilisent contre la loi Blanquer dite de l’École de la “confiance” et contre la loi de transformation de la Fonction Publique.
Pour les accompagnant·es d’élèves en situation de handicap (AESH) aussi, suite à la “concertation” ministérielle sur l’école inclusive lancée en octobre, ce projet de loi adopté en première instance à l’Assemblée et étudié mi-mai au Sénat, présage des dégradations des conditions de travail des AESH. Si la généralisation de contrats CDD de 3 ans à la rentrée est une maigre avancée obtenue par les interventions syndicales et la mobilisation des AESH, les 6 années de CDD pour obtenir un CDI persistent. Les 60 heures de formation d’adaptation à l’emploi existaient déjà dans les textes. Ces contrats restent toujours aussi précaires avec de très faibles salaires, des conditions de travail dégradées, des temps incomplets imposés et une absence de reconnaissance professionnelle.
Les pôles inclusifs prévoient la mutualisation des aides humaines et matérielles au détriment de l’aide individuelle. L’expérimentation en cours semble bien loin des objectifs vertueux annoncés par le ministère. Nous dénonçons notamment le fait que ceux-ci se traduisent par une accentuation des inégalités et par la dégradation des conditions de travail des AESH : employeurs multiples, multiplication du nombre d’élèves suivis sur des lieux différents...
Face aux propositions du Ministère, nous exigeons pour les AESH :
● une revalorisation immédiate des salaires ;
● l’arrêt immédiat de l’expérimentation et de la généralisation prévue des PIALs et le maintien des accompagnements individuels dans le cadre d’un dispositif permettant de répondre aux besoins des élèves et des familles et respectueux des conditions de travail des AESH ;
● le versement des indemnités REP-REP+ pour les AESH exerçant en éducation prioritaire ;
● la création d’un véritable statut de la Fonction Publique pour les AESH ; des emplois stables, pérennes et reconnus ;
● la prise en compte du travail invisible (réunions / concertation / régulation / adaptation des apprentissages) et de la pénibilité
● la possibilité d’une quotité de travail choisie à temps plein ;
● la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les besoins ;
● une formation professionnelle de qualité sur le temps de travail, initiale, continue, spécifique et qualifiante.
Nous invitons les AESH à participer aux initiatives de mobilisation et la grève du 9 mai dans l’éducation contre la loi Blanquer et contre le projet de loi dit de transformation de la fonction publique.
Et après la mobilisation des AESH du 6 février, nous appelons à une nouvelle mobilisation nationale intersyndicale pour les revendications des AESH, le mercredi 15 mai à l’occasion de l’examen du projet de loi au Sénat.
Localement, les AESH se réuniront en AG pour débattre ensemble et se rassembleront devant les DSDEN, rectorats et préfectures pour porter leurs légitimes revendications. En région parisienne, un rassemblement aura lieu devant le Sénat.



Brèves

21 octobre 2019 - Analyse de la fédération SUD éducation : AED & aesh : nous devons être payé-e-s à temps

Les problèmes de paiement de salaire sont trop récurrents, surtout quand il s’agit des personnels (...)

15 octobre 2019 - Communiqué de la Fédération SUD éducation : Rentrée des PIAL : une dégradation des conditions de travail des AESH

Cette rentrée est marquée par des changements d’organisation du travail pour de nombreux-ses (...)

15 octobre 2019 - Communiqué de la Fédération SUD éducation : Retour des EPEP et statut des directrices et directeurs d’école : une instrumentalisation scandaleuse du suicide de Christine Renon

Les enseignant-e-s du premier degré ne veulent pas de supérieur-e hiérarchique dans l’école : un (...)