Communiqué de la Fédération SUD éducation : 4 avril : le rapport de force pour l’abrogation de la loi Blanquer s’amplifie !

jeudi 4 avril 2019

La grève pour l’abrogation de la loi Blanquer appelée ce mardi par l’intersyndicale SUD-SNUipp-SNES-SNUEP-SNEP-CGT-FO a été très suivie, en particulier dans le premier degré, avec plus d’un-e enseignant-e-s sur quatre en grève. Les manifestations ont été fournies et animées. Pour SUD éducation, il s’agit d’une réussite incontestable.

Plus largement, la mobilisation prend de l’ampleur et a le soutien de la population. La récente propagande orchestrée par le ministère, qui se sent tenu de se justifier et de tenter de rassurer les personnels, montrent qu’il est aux abois. Le mail envoyé par le ministre vendredi 29 mars est éloquent à cet égard. C’est le moment de donner le coup de grâce !

Des Assemblées générales ont rassemblé parfois des centaines de personnels et ont adopté des reconductions de la grève. Pour SUD éducation, c’est aux personnels de décider de leur calendrier de mobilisation. SUD éducation soutient les actions décidées par les AG de grévistes, et appelle à les amplifier.

SUD éducation proposera, dès la prochaine intersyndicale nationale, de nouvelles journées de grève à la plus brève échéance possible dans la perspective de la construction de la grève reconductible, pour permettre aux personnels d’amplifier la mobilisation dans l’objectif d’obtenir l’abrogation de la loi Blanquer.


Brèves

21 octobre 2019 - Analyse de la fédération SUD éducation : AED & aesh : nous devons être payé-e-s à temps

Les problèmes de paiement de salaire sont trop récurrents, surtout quand il s’agit des personnels (...)

15 octobre 2019 - Communiqué de la Fédération SUD éducation : Rentrée des PIAL : une dégradation des conditions de travail des AESH

Cette rentrée est marquée par des changements d’organisation du travail pour de nombreux-ses (...)

15 octobre 2019 - Communiqué de la Fédération SUD éducation : Retour des EPEP et statut des directrices et directeurs d’école : une instrumentalisation scandaleuse du suicide de Christine Renon

Les enseignant-e-s du premier degré ne veulent pas de supérieur-e hiérarchique dans l’école : un (...)