Salariés empoisonnés de TRISKALIA : où est la justice ?

jeudi 23 janvier 2014

Les camarades de Triskalia, empoisonnés par l’usage de pesticides interdits, continuent leur marathon judiciaire 5 ans après les faits ! La justice est décidément bien lente ... pour les puissants : les patrons du secteur agro-alimentaire continuent de faire la pluie et le beau temps en Bretagne.

Rappel de l’affaire :

En 2009, à l’usine Nutréa-Triskalia de Plouisy, un silo contenant 20 000 tonnes de blés, destinés à l’alimentation animale, est infesté de charançons et autres insectes. L’entreprise avait, semble-t-il, coupé la ventilation nocturne du silo pour réaliser des économies. Résultat : les salariés doivent, plusieurs semaines durant, asperger les céréales d’insecticides. Certains sont ensuite victimes de maux de tête, de douleurs, de problèmes respiratoires, voire de saignements, de brûlures au visage ou au cuir chevelu, et de vomissements.
Les arrêts de travail se multiplient.

Les salariés découvrent que, lors de plusieurs fumigations, l’un des produits phytosanitaires utilisés était du Nuvan Total : un pesticide cancérigène et neurotoxique totalement interdit à l’utilisation depuis 2007. D’autre part, il semble que le dosage des insecticides n’aie pas du tout été respecté : sept fois supérieures au seuil autorisé. Enfin, le délai avant que le personnel puisse de nouveau pénétrer dans le silo - au moins 48 heures après traitement - a été ignoré.

Des accidents du travail sont déclarés. Et le médecin du travail confirme l’existence de pathologies chez 18 des 70 employés du site. Une plainte est alors déposée pour atteinte à l’intégrité physique et utilisation de produits interdits par deux salariés, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, auprès du parquet de Guingamp. Mais celui-ci décide de la classer sans suite. Les négociations avec la direction s’éternisent, puis sont rompues en mai 2011… Juste avant le licenciement des deux plaignants pour inaptitude.

Depuis, le marathon judiciaire continue

Derniers événements en date :

  • le jeudi 20 février à St-Brieuc, le tribunal des affaires sociales de Saint-Brieuc abordera la question de la faute inexcusable de l’employeur. DONC, SOYONS NOMBREUX LE 20 FÉVRIER PROCHAIN A ST-BRIEUC !
  • le vendredi 21 février à LORIENT, l’affaire sera débattue aux prudhommes.
  • enfin les 3 et 4 avril prochains à RENNES se dérouleront nos journées régionales « ET VOILA LE TRAVAIL » qui s’ouvriront sur le cas exemplaire de l’affaire Triskalia : Nous profiterons donc là encore de l’occasion pour amener la presse à rendre compte de la situation des camarades empoisonnés et malades.

Brèves

16 avril - Communiqué de la fédération SUD éducation : Test osseux : le conseil constitutionnel entérine la criminalisation de migrant-e-s

La question prioritaire de constitutionnalité portée par neuf syndicats et associations (Cimade, (...)

15 mars - Communiqué de la fédération SUD éducation : Stop aux arrestations et aux expulsions de lycéen-ne-s et d’étudiant-e-s en Guyane

En 2006, une mobilisation locale autour de deux lycéens et une lycénne menacé-e-s d’expulsion (...)

10 novembre 2018 - Communiqué de la Fédération : Soutenir les mineurs non accompagnés. Revendiquer leur régularisation.

Dans tout le pays, des jeunes arrivés seuls en France après de douloureux périples, tentent de se (...)