Rythmes scolaires : il faut à présent amplifier le mouvement et abroger le décret !

lundi 25 novembre 2013

Le 14 décembre, la grève et la manifestation pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires ont été un succès : la moitié des collègues du département étaient en grève, la manifestation a rassemblé 800 personnes. Il faut maintenant amplifier le mouvement

Le jeudi 5 décembre est la prochaine date de grève nationale.

Le ministère a beau essayer de le minimiser : les 13 et 14 novembre, la grève contre la réforme Peillon des rythmes scolaires a été très importante. Ce haut niveau de mobilisation confirme que cette réforme est massivement rejetée par les personnels.

V. Peillon s’obstine à refuser d’entendre que sa réforme est inacceptable. Il se permet même de multiplier les provocations : il envoie des messages de mépris à celles et ceux qui proposent des alternatives en leur demandant de « réfléchir avant de parler » ; il soumet aux organisations syndicales un projet visant à flexibiliser le temps de travail des professeur-e-s des écoles remplaçant-e-s ou en poste fractionné ; il élabore un calendrier scolaire pour les prochaines années qui ne corrige aucun problème et qui vise à obliger les enseignant-e-s à faire leur rentrée pendant le mois d’août ; il étend l’abaissement des taux d’encadrement à l’ensemble des activités périscolaires…

Pour SUD éducation, le débat sur les rythmes scolaires ne peut être dissocié d’une réflexion de fond sur une école émancipatrice ; une réforme des rythmes scolaires est inséparable d’une amélioration des conditions d’accueil et d’enseignement pour les élèves, et des conditions de travail de l’ensemble des personnels. Cela passe par un autre budget, ce qui suppose de rompre avec l’austérité. Cela suppose aussi d’imposer des mesures immédiates pour les élèves et les personnels.

Mais c’est aujourd’hui sur la question des rythmes scolaires que le rapport de force avec le ministère se joue. Le préalable, c’est l’abrogation du décret Peillon sur les rythmes. Après des années de régressions et de défaites, gagner sur la question des rythmes scolaires sera un point d’appui pour l’ensemble de nos revendications. Le rapport de force est en train de se construire. Après le 14 novembre, gagner par nos luttes, c’est possible : imposons la suspension de la réforme, l’abrogation du décret, une autre réforme !

Nous appelons les personnels à multiplier les assemblées générales pour préparer la mobilisation et pour mettre en débat la poursuite du mouvement. Pour SUD éducation, la question de la construction d’une grève reconductible est désormais à l’ordre du jour.


Brèves

11 janvier - Déclaration commune Intersyndicale direction d’école : Pas de supérieur hiérarchique à l’école

Pas de supérieur hiérarchique à l’école
Les organisations syndicales SNUipp-FSU ; SNUDI-FO ; (...)

13 mars 2018 - Communiqué commun de SUD CT et SUD éducation mardi 13 mars 2018

Le Décret n° 2018-152 modifiant le statut des ATSEM : la grosse arnaque !
Après différentes (...)