Quand la CFDT permet au MEDEF de s’installer à la Présidence du CESER

dimanche 24 novembre 2013

Compte-rendu de la session d’installation
du Conseil économique, social et environnemental (CESER) de Bretagne du 12 novembre 2013

Alors que la colère gronde un peu partout en Bretagne contre les fermetures d’usines et les plans sociaux, la CFDT, première organisation syndicale de la région (45% des voix) a pris la lourde responsabilité de faire élire à la présidence du Conseil Économique, Social et Environnemental Régional un patron de l’UINM.

Une alliance MEFEF-CFDT-FNSEA

En Bretagne, ce poste détenu depuis 37 ans par des universitaires, membres du collège III, représentants de la société civile, était convoité depuis plusieurs années par le MEDEF et la FNSEA.
Pour cela il leur fallait une majorité, normalement introuvable, mais qu’ils ont finalement obtenue grâce au soutien actif de la CFDT.
 
C’est de toute évidence une victoire pour ces organisations patronales qui portent pourtant à elles deux, une lourde responsabilité dans le désastre économique, social et environnemental qui frappe aujourd’hui la Bretagne.
 
A l’offensive dans la rue avec le mouvement antifiscal « des bonnets rouges » qu’ils ont largement manipulé, le MEDEF et la FNSEA ont une fois de plus marqué des points, mais cette fois-ci sur le champ institutionnel, en prenant la tête de la deuxième assemblée (consultative) de la région, face à un mouvement syndical divisé, affaibli.

Le candidat du MEDEF, soutenu officiellement par la FNSEA et la CFDT, a finalement été élu Président du CESER, dès le premier tour de l’élection par 79 voix sur 118 votants contre 32 au candidat de la CGT (dont les 2 voix de SOLIDAIRES) et 6 voix au candidat de FO.

Pourtant, après le départ du Président sortant et en l’absence de candidature du collège III, ce poste pouvait revenir aisément à un représentant des salariés, pour peu que le collège II se mette d’accord sur une candidature commune, qui à n’en pas douter aurait eu le soutien de la majorité du collège III.

Dès le départ, la CFDT a refusé toute discussion avec les autres syndicats et a préféré passer un accord avec le MEDEF et la FNSEA, afin d’avoir ensuite avec ces derniers une totale maîtrise de la répartition des postes au sein de l’exécutif du CESER.

Aujourd’hui, le patronat breton peut donc savourer sa victoire, se féliciter de la division syndicale et surtout remercier chaleureusement la CFDT. Pour les salariés et le mouvement syndical de Bretagne, cette péripétie est évidemment déplorable, puisqu’en principe leurs représentants au CESER sont censés défendre les intérêts du monde du travail et non pas ceux du capital.
 
Au final, cette division syndicale et la trahison de la CFDT ont eu pour conséquence immédiate d’écarter du Bureau du CESER, SOLIDAIRES bien sûr, mais aussi la CFTC et la FSU, La CONFÉDÉRATION PAYSANNE, quant à elle, a connu le même sort, combattue et trahie une fois de plus en Bretagne, par la CFDT.

La CGT conserve ses 2 sièges (L’alliance MEDEF-CFDT-FNSEA n’ayant pas osé pousser son avantage jusqu’à les mettre dehors du Bureau, ce qu’elle était en capacité de faire).

FO conserve également 1 siège, sauvé in extremis par le patronat, sans doute pour les remercier d’avoir appelé à manifester avec lui et les « Bonnets rouges » à Quimper le 2 novembre dernier.

L’UNSA et la CGC, après avoir donné leur accord, pour soutenir la candidature de la CGT, ont changé de camp en basculant du côté des plus offrants. Ultra minoritaires en Bretagne, loin derrière SOLIDAIRES et la CFTC, ces syndicats ont obtenu chacun, pour leur soutien au patronat et à la CFDT, une vice-présidence.

Sur les 21 sièges du Bureau :

  • 5 reviennent au MEDEF, 1 à la FNSEA et 1 à l’artisanat. (Collège I)
  •  2 à la CFDT, 2 à la CGT, 1 à FO, 1 à l’UNSA, 1 à la CGC. (Collège II)
  • 7 au secteur associatif (collège III et IV).
  • 1er vice-présidence du collège II : CFDT - 2ième vice-présidence : CGT - 3ième vice-présidence : UNSA - 4ième vice-présidence : Cgc.

Étant la quatrième organisation syndicale la plus représentative en Bretagne, SOLIDAIRES avait toute légitimité pour obtenir au moins une vice-présidence et donc une place au Bureau. Le respect de la représentativité pour répartir les postes de responsabilité au sein du CESER de Bretagne était la règle appliquée jusqu’à présent, avant qu’elle ne soit rompue par l’accord MEDEF-CFDT-FNSEA.

Triste journée pour le syndicalisme et pour les salarié(es), que cette journée d’installation du CESER de Bretagne !

Seule satisfaction à enregistrer pour SOLIDAIRES. Notre candidate, Viviane Serrano a obtenu, lors du scrutin pour l’élection à la 4ième vice-présidence, 33 voix sur 118 votants et 91 votes exprimés. La CGC obtenant 50 voix, la CFTC 26 et FO 7. Lors du scrutin pour élire les membres du Bureau, Viviane a même augmenté son score en obtenant 43 voix, sur 118 votants et 117 votes exprimés.

  
 
Pour les représentants de SOLIDAIRES
au CESER de Bretagne
Viviane Serrano – Serge Le Quéau


Brèves

16 avril - Communiqué de la fédération SUD éducation : Test osseux : le conseil constitutionnel entérine la criminalisation de migrant-e-s

La question prioritaire de constitutionnalité portée par neuf syndicats et associations (Cimade, (...)

15 mars - Communiqué de la fédération SUD éducation : Stop aux arrestations et aux expulsions de lycéen-ne-s et d’étudiant-e-s en Guyane

En 2006, une mobilisation locale autour de deux lycéens et une lycénne menacé-e-s d’expulsion (...)

10 novembre 2018 - Communiqué de la Fédération : Soutenir les mineurs non accompagnés. Revendiquer leur régularisation.

Dans tout le pays, des jeunes arrivés seuls en France après de douloureux périples, tentent de se (...)